TRES —O QUATRE— DONES (amb k)

Koltz, Anise
Nous écrivons
pour nous souvenir
de ce que nous avons perdu

Chaque parole
est posthume


Kurtz, Dayna


Gentilesa de Castpost



Kavian, Eva


D'Après Vous

On a du mal à comprendre le visage triste, les mots rares, l'autre côté de la table. On n'a pas trop de temps tout de même, il reste un examen demain, alors.

Alors il dit qu'il est désolé, qu'il aime quelqu'un d'autre, une amie d'enfance, qu'on n'est pas en faute, qu'il est désolé, qu'elle a compris qu'elle l'aimait et qu'elle lui a dit, qu'il ne savait pas quoi. Que c'est à cause de ça. Du temps qu'il lui a fallu pour savoir quoi. Pour être sûr. Qu'ils sont ensemble depuis quelques mois, il y en a qui le savent. Qu'il est désolé.
Qu'il a pris le temps de réfléchir, qu'il a eu beaucoup de mal à le dire, qu 'il lui a fallu beaucoup de courage, qu'il se sent mieux de l'avoir fait. Qu'il est désolé.
Qu'il se rend compte que ça doit être dur. Surprenant aussi, mais il voulait être sûr. Et attendre la fin des examens, c'était le moins qu'il puisse faire.
Alors on s'est levée, sans lâcher le syllabus qu'on avait toujours dans les bras, on l'a regardé et on n'a pas trouvé ses yeux. On a dit qu'on espérait qu'il serait heureux avec elle. On n'a pas trouvé mieux. Puis on est morte.
En descendant les escaliers, en courant dans les rues, en pleurant, en formant un numéro de téléphone dans une cabine publique. En attendant la copine de classe dont c'était le numéro. En voiture avec elle et en lui pleurant tout ça, on est morte. En buvant un verre puis un autre, du vin. Plus jamais de bière. En écoutant le syllabus qu'elle a lu jusqu'au petit matin.
En passant l'examen devant un prof probablement compréhensif. En téléphonant aux parents pour dire que et en les attendant. En mangeant avec eux chez le portugais d'à côté parce qu'il fallait bien. On est morte. Sur le trajet, jusqu'à la maison. Pas si loin du champ de marguerites.
On s'est levée on a quitté une chambre unsyllabus dans les bras, et tout ce à quoi on a cru, toute la force dont on était pétrie. On a couru dans les rues, et tout ce qu'on était jusqu'à ce jour. Est mort.

I Katrin.

2 comentaris:

  1. La langue française est jolie pour moi. Merci beaucoup

    ResponElimina
  2. Puc afegir una altra K?
    Kathe Köllwitz

    ResponElimina

Digues, digues...