La metamorfosi

«Peut-être faudrait-il, les yeux fermés, toucher le livre, le prendre dans les mains, le serrer sous le bras, le presser contre la joue, le palper, en faire ronfler les pages sous le pouce pour se persuader qu'il n'est pas le texte mais d'abord un objet que le texte a suscité. Ainsi s'imposerait l'idée qu'entre le moment où l'auteur a déposé le mot fin sur la dernière page de son manuscrit, et celui où le premier lecteur a ouvert le livre, une métamorphose s'est operée.»

Hubert Nyssen, Sur les quatre claviers de mon petit orgue: Lire, écrire, découvrir, éditer

Technorati tags: , , , , ,

Cap comentari:

Publica un comentari

Digues, digues...